dimanche 2 mars 2014

Cahors. Jean-Claude Fessenmeyer et sa compagne tués sur la route

Vendredi soir peu après 20 heures, sur l’A 89, à hauteur de la commune de Rosiers d’Égletons, une commune de Corrèze située entre Tulle et Ussel, dans le sens Bordeaux Clermont, un terrible accident de la circulation s’est produit entre un véhicule et une fourgonnette. Le conducteur du véhicule Jean-Claude Fessenmeyer, 62 ans, sa compagne Marie -France Bernier, 60 ans ont trouvé la mort.
Au moment où s’est produit l’accident, de fortes pluies s’abattaient sur cette portion de l’A 89, rendant la route très glissante. C’est lors du dépassement du véhicule par la fourgonnette que l’accident se serait produit. Le peloton de gendarmerie autoroute de Gimel les Cascades en Corrèze a ouvert une enquête pour en déterminer les causes.
La nouvelle s’est rapidement propagée à Cahors et dans le Lot. Elle a eu l’effet d’une bombe. «Je suis bouleversée par cette nouvelle. C’est une personne que j’appréciais beaucoup pour le travail que je menais avec lui. Il était très investi par rapport à ce que notre association les Palmes académiques faisait» confie émue, Christiane Bouat, présidente de l’Amopa (Association des membres de l’ordre des Palmes académiques).
«Nous sommes vraiment dans une peine immense. C’était un magnifique représentant de l’Éducation nationale. Il avait une expérience, savait ce que faisaient les élèves» poursuit-elle.
Jean-Claude Fessenmeyer avait pris ses fonctions en juillet 2011 dans la Lot après avoir exercé en Moselle, à Nice notamment. Il était directeur administratif des services de l’Éducation nationale depuis 20 ans. «J’ai le souvenir d’un grand professionnel. Je l’ai côtoyé durant une année à Souillac. Il avait un grand sens du service public, de l’école de la République. C’est une immense perte», remarque Yves Quissac, ancien proviseur du lycée hôtelier de Souillac, aujourd’hui proviseur du lycée hôtelier d’Occitane à Toulouse.
«Nous sommes au SE Unsa véritablement sous le choc. C’était quelqu’un de très humain, de très ouvert. On pouvait avoir des désaccords, mais tout se passait au final pour le mieux. Je retiens ces années où on a travaillé ensemble, des années pas faciles, mais où on a bien dialogué. Aujourd’hui, je pense à l’immense douleur de sa famille», confie très affectée Christine Laverdet, secrétaire départementale du SE Unsa. «C’était quelqu’un d’une extrême humanité, à l’écoute. Sa compagne Marie-France Bernier était conseillère pédagogique de la circonscription de Cahors II. Elle a pris sa retraite en juin 2013. Elle avait sa maison et sa famille à Bourges, résidait dans à Cahors. C’était une personne ouverte. Elle était discrète, présente dès que l’on avait besoin d’elle. C’est une perte inestimable pour le département. Tout Cahors est très affecté par ces disparitions» confie Carmen Farré, membre de l’Amopa 46.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/03/02/1830496-cahors-jean-claude-fessenmeyer-compagne-tues-route.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire