vendredi 31 janvier 2014

Mystère à Garac : un coup de feu tue le conducteur avant l'accident

Le corps d’un homme a été retrouvé, hier après-midi, à côté d’une voiture accidentée à Garac, dans l’Ouest toulousain. Une arme se trouvait à proximité. Une enquête est ouverte.
Le corps d’un homme a été découvert, hier, en début d’après-midi en contrebas d’une route, à côté d’une voiture accidentée, à Garac, un petit village à la frontière de la Haute-Garonne et du Gers.Les circonstances de son décès, lié à une arme à feu, restaient mystérieuses hier soir.
Une aide familiale qui circulait sur la départementale 24, à la sortie du village, a d’abord aperçu la voiture accidentée en contrebas. Intriguée, elle a téléphoné chez le maire du village. «Je me suis rendu dans le champ vers 13 h 35, relate la personne qui a fait la macabre découverte. J’ai fait le tour de la voiture puis j’ai vu que quelqu’un était à côté. J’ai vu du sang partout, il y avait une mare. L’accident avait dû se passer cinq minutes avant.»
Choqué, le témoin appelle immédiatement les pompiers. «Mais on savait qu’il n’y avait plus rien à faire vu la quantité de sang.»

Pas de traces de freinage

La voiture, une Citroën Xsara, a quitté la route sans qu’aucune trace de freinage ne soit constatée sur la chaussée mouillée. Elle aurait heurté un platane avant de finir sa course en contrebas de la chaussée.
Prévenus, les gendarmes se sont immédiatement rendus sur place où ils ont mis en place un périmètre de sécurité au vu des circonstances floues de l’accident et des blessures inhabituelles de la victime. «Une arme à feu aurait été retrouvée dans la voiture», explique un témoin.
Pendant de longues heures, les techniciens en identification criminelle ont procédé à des relevés. L’hélicoptère de la gendarmerie a survolé le secteur, afin de retrouver la trace d’éventuelles autres victimes, et une équipe cynophile a été dépêchée sur les lieux.
Le commandant de la compagnie du Mirail ainsi que l’adjoint au commandant de groupement et le chef de la section de recherches étaient sur place. La section de recherches n’était cependant pas chargée de l’enquête confiée aux hommes de la brigade de recherches du Mirail.
Hier, le mystère restait entier autour de cette mort. Les enquêteurs tâchaient d’identifier la victime. Il s’agirait d’un homme d’une trentaine d’années domicilié dans un village proche de Garac.
Suicide suivi d’une sortie de route ? Agression ? Toutes les pistes étaient envisagées

http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/31/1807523-mystere-garac-coup-feu-tue-conducteur-avant-accident.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire