vendredi 11 novembre 2016

Désespéré, il se tue devant chez son ex

Un homme de 61 ans s'est donné la mort par arme à feu, hier matin, à 8 heures, devant la maison de son ex-compagne située à l'extérieur de Visker. Ce drame de la séparation a suscité une vive émotion dans cette localité de 350 habitants surplombant la plaine de Tarbes. Car autour de ce clocher, tout le monde se connaît. Jean-Jacques Sorbet, domicilié à Bonnefont où il a été premier adjoint au maire, de 2001 à 2008, ne supportait pas de vivre loin de celle avec qui il avait partagé plus de dix ans de vie commune.
Voici trois mois, alors que le couple habitait près de Trie, sa compagne, était revenue vivre chez elle. Depuis cette rupture, la sexagénaire, qui ne souhaitait pas sa présence, s'était même équipée d'une alarme.
Mercredi soir, l'homme est venu armé à son domicile, situé un peu à l'extérieur du village, dans le camino deras Correjas. Comme son ex n'a pas ouvert, il a passé la nuit dans les environs. Jeudi matin, celle-ci a fini par appeler les gendarmes.
À leur arrivée, les forces de l'ordre ont entendu, depuis le carrefour, un coup de feu puis ont trouvé l'homme gisant sans vie. Extrêmement choquée, l'occupante des lieux a été transportée à l'hôpital de Tarbes. «Ce sont des situations dramatiques, a déclaré, hier, Maryse Verdoux, la maire de Visker. Dommage que personne ne lui ait fait prendre conscience qu'il avait besoin d'aide.»
Anne-Marie Bruzeaud-Soucaze, la première magistrate de Bonnefont, se dit également sous le choc. «C'était un homme serviable et sérieux.» Ainsi dépeint-elle celui qui a été son ancien premier adjoint.
http://www.ladepeche.fr/communes/visker,65479.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire