dimanche 17 juillet 2016

Noyade au lac de Mondély : la victime avait 28 ans

De 17 h 15 à la nuit tombée, hier après-midi, les sapeurs-pompiers de l'Ariège et les gendarmes ont mobilisé d'importants moyens pour retrouver un homme victime d'un accident de baignade au lac de Mondély. La victime, âgée de 28 ans, aurait été vue par plusieurs témoins au moment de sa noyade. Hier soir, son corps n'avait pas été repêché.
Dramatique accident de baignade, hier, en fin d'après-midi, au lac de Mondély. Alors que plusieurs centaines de personnes profitaient d'un samedi estival sur la vaste étendue d'eau située entre les communes de La Bastide-de-Sérou et Gabre, un homme a été victime d'un accident de baignade vers 17 h 15. Immédiatement prévenus, les sapeurs-pompiers de l'Ariège ont déployé d'importants moyens pour tenter de retrouver la victime.
Selon les témoignages recueillis sur place par les militaires de la brigade de La Bastide-de-Sérou, l'homme âgé de 28 ans, de nationalité géorgienne et installé en Ariège depuis plusieurs années, traversait le lac à la nage lorsqu'il aurait appelé à l'aide. Il était, semble-t-il, à quelques dizaines de mètres de la rive opposée à la plage surveillée lorsqu'il aurait coulé sous les yeux de quelques personnes impuissantes. Des témoins auraient même tenté de lui porter secours, sans succès.
Alertés, les sapeurs-pompiers de La Bastide-de-Sérou et le SMUR de l'Ariège se sont rendus sur place. Ils ont été rejoints par trois pompiers sauveteurs en milieu aquatique venus de Foix et de Saint-Girons. Le commandant des opérations de secours (COS), le lieutenant Marc-Henri Seube, venu de Castillon-en-Couserans, a également demandé l'intervention de pompiers plongeurs du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de Haute-Garonne.
Pendant une longue période, les trois pompiers ariégeois, après avoir repéré les lieux, ont tenté de localiser le corps du disparu. Une tâche rendue difficile par la grande profondeur du lac à cet endroit-là (on parle de plusieurs dizaines de mètres) et une eau particulièrement trouble. «On n'y voit rien au-delà de 1,50 m», a raconté un sauveteur qui, avec ses collègues est pourtant descendu, sans équipement de plongée, jusqu'à 5 mètres de profondeur.
Vers 19 h 30, l'hélicoptère du détachement aérien de la gendarmerie de Pamiers-Les Pujols, lui aussi sollicité par le lieutenant Seube et les gendarmes de La Bastide, est arrivé sur place. Pendant de longues minutes, il a survolé la zone à basse altitude et longé les bordures du lac pour tenter de repérer le corps. Là encore, l'opération s'est révélée infructueuse.
Si les secours ne comptaient plus guère retrouver la victime en vie, ils espéraient toujours pouvoir remonter son corps. Encore fallait-il pouvoir le localiser. Un petit espoir est arrivé vers 20 h 15 lorsque «Ghost», le chien de l'adjudant Antras, membre du groupe cynotechnique recherches et sauvetage (GCRS) du SDIS de l'Ariège, monté à bord d'une embarcation des pompiers, a marqué un endroit de la zone que les sauveteurs en milieu aquatique avaient fouillé auparavant (lire encadré).
Les pompiers haut-garonnais, arrivés à Mondély à 20 h 35, ont alors délimité la zone de recherches avant de s'équiper pour plonger. Cette intervention a dû cesser en raison de la nuit tombée. Et le corps n'avait toujours pas été retrouvé.
La phase de secours s'est donc terminée hier soir. Les opérations vont toutefois reprendre dès ce dimanche matin, mais cette fois dans une phase de recherche de corps. Elles seront donc confiées aux gendarmes de La Bastide-de-Sérou qui, dès hier soir, envisageaient de demander le concours des plongeurs de la gendarmerie nationale.
http://www.ladepeche.fr/communes/la-bastide-de-serou,09042.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire