dimanche 3 juillet 2016

Les Avalats : un homme de 35 ans se noie

Un dramatique accident de baignade s'est produit, hier vers 17 h 30, au pied de la centrale hydroélectrique des Avalats, sur la commune de Saint-Juéry. Un Albigeois de 35 ans, de la communauté arménienne, marié père de deux enfants, est mort noyé, pris dans les remous, au pied d'une chaussée submergée par les eaux du Tarn. Il faisait partie d'un groupe d'une cinquantaine de personnes qui venaient célébrer une fête arménienne autour des tables sous les grands arbres, puis sur la plage à quelques mètres de la centrale EDF, détruite dernièrement par un incendie.
«Nous commencions à peine la fête, lorsqu'il s'est mis à l'eau. C'était le seul à vouloir aller se baigner, c'était un bon nageur. On n'a pas fait attention à lui, déclare un de ses amis. Puis il a disparu, nous l'avons cherché et il est apparu à la surface, près d'un tronc d'arbre, coincé dans les remous. On a lancé des cordes mais ça tournait». Ses amis ont tenté de le ranimer avant d'appeler les secours. Sapeurs-pompiers de Saint-Juéry et Smur d'Albi sont rapidement intervenus aux côtés des plongeurs. Tout a été tenté pour le ramener à la vie. En vain.
Sur place, Jean-Paul Raynaud, le maire de Saint-Juéry, ne cachait pas sa consternation. Un arrêté municipal interdit depuis des années la baignade aux abords de la centrale, réputés très dangereux.
En 2004, une personne avait été aspirée contre les grilles de la centrale puis en 2006, un autre baigneur s'était sérieusement blessé en plongeant. Autant d'accidents et d'incidents qui ont incité EDF à participer au financement d'une piscine en eau vive, en amont, à la base de canoë-kayak. Celle-ci, surveillée par un maître-nageur, doit ouvrir à la mi-juillet.
En attendant, tous renouvellent les consignes de prudence. Ce nouveau drame rappelle, malheureusement, que le danger est omniprésent sur les berges du Tarn.
D'autant plus que la centrale, inutilisable, ne régule plus les eaux de la rivière.
http://www.ladepeche.fr/communes/albi,81004.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire