samedi 22 février 2014

Saint-Juéry. L'adjoint du maire aux sports meurt en plein footing

«C’est terrible», lâche Jacques Lasserre, le maire de Saint-Juéry, la voix hachée par des sanglots, étreint par l’émotion. Pierre Crespo, son adjoint aux sports depuis 2001, a été retrouvé mort ce vendredi vers 15 heures, en bordure de la route de Villefranche-d’Albigeois, à Saint-Juéry-le-Haut. C’est un jeune en passant qui a fait la macabre découverte. «Les pompiers ont prévenu mon adjoint Robert Boudes de la présence d’un corps. Il est arrivé et a vu que c’était Pierre. Il m’a prévenu et je m’y suis aussitôt rendu», se désole Jacques Lasserre.
Pierre Crespo exerçait son troisième mandat au conseil municipal de Saint-Juéry. Il finissait le deuxième comme adjoint. Pierre Crespo ne se représentait pas en 2014, pas plus que le maire, mais restait très impliqué. «Il était hyperdévoué. À midi, il m’appelait encore pour voir si on supprimait les matches du week-end à Saint-Juéry et si les terrains étaient praticables. C’était le plus gentil. Attentif à tous, il avait toujours le sourire, toujours de bonne humeur. Quand quelque chose n’allait pas, toujours il nous remettait sur de bons rails...», se souvient le maire, qui perd «un ami parmi les amis, un fidèle parmi les fidèles. Père de deux filles, à 64 ans, il était jeune, beaucoup trop pour mourir.»

Parti avec le maillot du Capial

Élu aux sports représentant la mairie à l’Omeps où il faisait le lien avec tous les milieux sportifs, Pierre Crespo préparait le Trail des forgerons à Saint-Juéry, le jour de l’élection justement, auquel il ne devait pas participer, étant aussi organisateur. Car Pierre Crespo était aussi un grand sportif lui-même. «Il se préparait pour le prochain marathon d’Albi. Il avait toujours un projet. Il venait de s’acheter un vélo, pour changer. Il m’en parlait encore lundi. Il courait tous les jours. Courir, c’était sa drogue», souligne Jacques Lasserre. Terrassé au cours de son footing, Pierre Crespo avait le maillot du Capial, le club de Saint-Juéry, sur ses épaules.
Bien que très sportif, il ne négligeait pas le risque de malaise cardiaque, de ce cœur qui lâche subitement et l’a sans doute emporté et trahi.

Proche de Thierry Carcenac

«Pierre avait fait un test d’effort il y a peu de temps», témoigne Thierry Carcenac, président du conseil général du Tarn, qui, très touché lui aussi, se sent «désarmé. Pierre Crespo n’était pas à la retraite. Cet ancien gendarme était depuis 1991 mon très proche et excellent collaborateur, tour à tour au cabinet et comme attaché parlementaire tout le temps où j’étais député. Il était encore vendredi matin au conseil général, où travaille aussi une de ses filles. Pierre Crespo était très dynamique, très allant, très engagé et très apprécié de tous. Il savait débroussailler un dossier. Il s’occupait du courrier au président, des relations avec la préfecture et des demandes qui nous parvenaient, pour un emploi ou une mutation. Il avait la fibre sociale et était très attentif aux personnes. Je lui faisais une totale confiance. On n’avait besoin de rien se dire et on se comprenait. C’est une grande perte.»

http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/22/1824155-saint-juery-adjoint-maire-sports-meurt-plein-footing.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire