mardi 4 février 2014

La soeur de Nééman, abattu à Carcassonne : «Mon frère était un bon garçon»

La vice procureure de la République dévoilera, cet après-midi, les premiers éléments de l’enquête sur l’assassinat de Nééman Ayaad, dont le corps sera autopsié ce matin.
Au troisième étage du bâtiment Roussillon, dans le quartier La Conte, les femmes se pressent dans l’entrée de l’appartement numéro 18. C’est ici que vivait Nééman Ayaad, 19 ans. Une de ses deux grandes sœurs s’approche sur le pas-de-porte, fendant la cohorte des mains chargées de victuailles traditionnelles offertes aux visiteurs en ce jour de deuil. Nadia parle d’une voix assurée : «La mort de mon frère m’attriste énormément. C’était un bon garçon calme, respectueux, sans problème. Nous attendons le retour de son corps que la famille veut inhumer au Maroc».
Personne ne sait encore pour quelles raisons le jeune homme a été abattu, vers quatre heures du matin, à deux pas de son domicile, par un tir à l’arme chasse calibre 12. Inconnu des services de police, Nééman jouissait d’une bonne réputation. «Il était travailleur et il voulait réussir, raconte sa sœur. Il avait un CAP d’agent polyvalent en restauration obtenu au lycée Charles-Cros. Depuis deux ans il préparait un CAP employé de commerce au lycée professionnel Saint-Louis».
Nééman Ayaad a-t-il été tué par erreur par cet homme que l’on voit sur les images d’une caméra de vidéosurveillance ? Arrivé à bord d’une limousine noire, le tueur est sorti du véhicule puis il a fait feu à plusieurs reprises en direction de Nééman et de ses deux camarades qui discutaient à côté de leurs voitures. Nééman est parti du mauvais côté, mortellement touché par une balle dans le dos. Un autre garçon a été blessé à une épaule par des éclats de plomb. Il a été transporté au centre hospitalier. Le troisième est indemne.

Un règlement de comptes pour quel motif ?

Sur le site professionnel du lycée Saint-Louis, le chef d’établissement et son adjoint sont sous le choc. «Nééman était un garçon très apprécié de ses camarades. L’équipe pédagogique avait de lui une image satisfaisante». Fabienne Reydelet et Olivia Charles ne comprennent pas, elles non plus, comment ce garçon a été la cible de ce crime. «Nééman était un garçon clean, insiste» Olivia Charles. Apprécié de ses professeurs, le garçon l’était aussi de ses camarades à telle enseigne qu’un silence de plomb a régné sur la récréation ce lundi matin. «Il ne manquait pas à l’appel un seul de ses voisins de classe pour participer au temps de recueillement que nous avons proposé aux élèves». À la question, ces jeunes envisagent-ils d’organiser une marche blanche en mémoire du jeune homme, la réponse reste en suspens...
Travailleur et sportif, il passait pour un bon joueur de football sous le maillot de l’Olympique Carcassonnais puis du FACV, des zones d’ombre persistent néanmoins dans cet assassinat. Très vite on a entendu l’entourage de Nééman écarter l’hypothèse d’un règlement de comptes lié à un possible trafic de drogue. Au domicile du jeune homme, hier après-midi, sa sœur, Nadia, parlait, elle, «d’une bagarre dans une pizzeria» de Carcassonne, dont Nééman n’aurait pas été un des principaux protagonistes.
Autant de questions posées à l’enquête de flagrance menée par le SRPJ de Perpignan et la police scientifique. Les auditions des deux jeunes qui ont réussi à s’échapper devraient amener des explications à cet homicide d’une violence inouïe.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/02/04/1810160-carcassonne-mon-frere-etait-un-bon-garcon.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire