lundi 3 février 2014

Elle tue son mari et tente de se suicider

Une femme d’une soixantaine d’années a poignardé son mari. Elle a appelé les gendarmes trois jours plus tard après avoir tenté de se suicider.
Le voisinage ne s'est aperçu de rien. C'est l'arrivée, hier matin, des sapeurs-pompiers et des gendarmes qui a fait comprendre aux proches qu'un drame familial s'était produit à Langeais, au 36 de la rue Basse-Mort-Vous-Êtes (une voie au nom prédestiné).
Selon les premiers éléments de l'enquête, l'habitante d'une coquette longère, Françoise Béchet, une femme d'une soixantaine d'années, aurait tué son mari, André, à coups de couteau, trois jours avant la découverte des faits. Elle serait restée prostrée chez elle depuis le drame, sans prévenir personne.
Un premier drame familial il y a quinze ans
Puis, hier matin, vers 8 h 30, elle aurait appelé la gendarmerie pour avouer son geste. A leur arrivée, les secours ont effectivement trouvé le cadavre du mari dans la maison, mais aussi, allongée à ses côtés, la meurtrière présumée, inconsciente, après avoir avalé des cachets et s'être taillé les veines pour tenter de mettre fin à ses jours. Transportée au centre hospitalier Trousseau et soignée d'urgence, ses jours ne seraient plus en danger.
Les gendarmes de la compagnie de Chinon, sous les ordres du commandant Dufour, ont mobilisé les équipes de techniciens en investigation criminelle pour recueillir sur place tous les indices et vérifier les déclarations de Mme Béchet. Cette dernière sera interrogée dès que son état le permettra, mais les faits semblaient relativement évidents ? d'après les premières constatations. Le maire de Langeais, Pierre-Alain Roiron, connaissait bien cette famille, implantée dans la commune depuis très longtemps. « J'ai vu la dame mardi après-midi, explique-t-il. Elle se promenait en ville. Ce sont des gens impliqués dans le milieu associatif. »
La famille Béchet avait connu, il y a une quinzaine d'années, un premier drame. Le fils du couple s'était en effet suicidé. André Béchet, 63 ans, avait travaillé pendant des années à la compagnie des eaux avant de prendre sa retraite. Il avait, semble-t-il, du mal à se remettre de la mort de son fils.
Le couple n'avait cependant pas de problème d'argent. La maison avait d'ailleurs été restaurée tout récemment. Il faudra sans doute quelques jours pour que Françoise Béchet soit en mesure de donner des explications sur ce drame, qui suscite une vive émotion à Langeais.


http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire