mardi 25 février 2014

Dunkerque : hospitalisée pour une tentative de suicide, elle frappe une infirmière

Le 20 juin 2013, Alexandra (le prénom a été changé), 44 ans, a envie d’en finir avec cette vie qui ne l’a pas gâtée : licenciement puis rupture sentimentale. Elle avale un mélange d’alcool et de médicaments. Admise aux urgences, elle est très agitée. Elle veut partir. Le médecin n’est pas d’accord. Vu son état, il est décidé de la mettre en chambre d’isolement et de la sangler.
Alexandra ne se laisse pas facilement maîtriser, se débat à plusieurs reprises. Une fois dans la chambre d’hôpital, alors qu’une infirmière est partie chercher les sangles, sa collègue reçoit un violent coup de pied à l’épaule. Elle est projetée contre un mur. Blessée, quatre jours d’ITT (incapacité totale de travail) sont prononcés.
Suite à ces violences, un signalement a été transmis au parquet, qui a décidé de poursuivre Alexandra pour des violences commises sur un professionnel de santé. Elle, ne se souvient de rien. « Je me suis réveillée dans la chambre, j’étais attachée. Je ne suis pas quelqu’un de violent. C’était une journée de désespoir. Je suis désolée pour ce qui a pu se passer », a-t-elle expliqué, hier, à la barre du tribunal.
Le parquet veut la clémence pour cette femme dépressive. L’éventualité d’une expertise psychiatrique est abordée dans les sens où « la question d’une irresponsabilité pénale se pose. Si le tribunal ne voit pas l’utilité de cette expertise, je sollicite une relaxe, au pire une dispense de peine », a requis la substitue. Alexandra a été relaxée des violences, l’élément intentionnel du geste ne pouvant pas être retenu vu son état de confusion mentale au moment des faits.

http://www.lavoixdunord.fr/region/dunkerque-et-ses-environs/dunkerque

Aucun commentaire:

Publier un commentaire